MATAVAA - THE MARQUESAN ARTS FESTIVAL - Julien Girardot Photography


Matavaa - Le Festival des Arts Marquisiens 

Si vous pensiez que Brel et Gauguin vous avaient peint les Marquises, détrompez-vous...

Sur l’île de Tahuata, règne le monde sauvage des guerriers tatoués reprenant le râle du cochon et des femmes dansant l’oiseau. Pour cette 11ème édition du festival Matavaa, les danseurs se sont préparés deux ans durant pour honorer une culture qui leur a rendu leur identité. Plus qu’un festival c’est un retour aux sources qui s’accomplit sur la « Terre des hommes ». Près de cinq cent danseurs des cinq îles voisines viennent interpréter des hakas (danse) qui font vibrer le pouls de chacun. Pieds nus, vêtus de costumes végétaux, de parures de plumes et arborant leurs larges tatouages, ils s’exécutent et frappent la terre au rythme des puissants pahu (tambours). Chaque île est fière de représenter un peuple qui s’est vu interdire sa langue et ses coutumes après l’arrivée des téméraires missionnaires catholiques au XIXème siècle. Ainsi, tatoueurs, sculpteurs, cuisiniers et danseurs se raccordent fièrement sur les gestes fondamentaux de la culture d’antan. Dans le public, très peu de touristes, le festival est dédié aux marquisiens. Les jeunes générations sont saisies, transportées par cette histoire qui leur est contée et qui est la leur et les plus âgés sont apaisés de voir la relève en marche. Tehiki, 28 ans, pur exemple de cette génération enthousiaste, a grandi en France avec un père marquisien. Originaire de l’île d’Hiva Oa, il mène une quête d’identité et le Matavaa lui permet de renouer fièrement avec ses racines en endossant dignement le rôle du guerrier marquisien. Pendant quatre jours, la petite vallée de Vaitahu a fait transcender le « mana », l’énergie spirituelle des Marquises.

//

Matavaa - The Marquesan Arts Festival 

If you thought that Brel and Gauguin had painted you the Marquesas, think again...

On the island of Tahuata, reigns the wild world of tattooed warriors taking the rattle of the pig and women dancing like graceful birds. For this 11th edition of the Art Festival of Marquesas, The Matavaa, the dancers have been training for two years to honor a culture that has given back their identity. More than a festival it’s a return to the roots that takes place on the "Terre des hommes". Nearly five hundred dancers from the five neighboring islands come to perform Haka (dance) that give everyone shivers. Barefoot, dressed in costumes made from vegetable, wearing feathered ornaments and showing their large tattoos, they dance and hit the earth at the rhythm of powerful « pahu" (drums). Each island is proud to represent a people who was banned from their language and customs after the arrival of the brave Roman Catholic missionaries in the 19th century. Thus, tattoo makers, artists, sculptors, cook and dancers proudly connect to the basic gestures of the ancient culture. The festival is dedicated to the Marquesan with only few tourists visiting. The younger generations are seized, transported by the history told to them and which is their. Older people are appeased to see the next generation on the move. Tehiki, a great exemple of this enthusiastic youth is  28 and grew up in France with a marquisan father. Originally from Hiva Oa in search of identity, he reconnects with its roots by worthily play the role of the warrior. For four days, the small valley of Vaitahu made transcend the "mana", the spiritual energy of the Marquesas Islands.

Text : Charlotte Guillemot 

Powered by SmugMug Log In